Vélo & Territoires

Inscription à la newsletter

Accueil Actualités Record de fréquentation pour l’EuroVelo 1 – La Vélodyssée

Record de fréquentation pour l’EuroVelo 1 – La Vélodyssée

Star des itinéraires, l’EuroVelo1 (EV1)-La Vélodyssée affiche des chiffres 2018 exceptionnels. Près de 80 professionnels et représentants d’institutions étaient réunis mardi 2 avril pour découvrir les résultats de l’étude de fréquentation et de retombées économiques de l’EV1. Cette présentation globale ouvre le bal des restitutions locales qui vont se succéder dans chaque territoire concerné.

Une fréquentation exceptionnelle due à une clientèle en séjour

Avec des chiffres impressionnants de 3,6 millions de cyclistes et 103,6 millions d’euros d’impact direct généré, l’EV1-La Vélodyssée se place en tête du hit-parade des itinéraires évalués jusqu’à maintenant. L’explication ? La forte présence d’une clientèle touristique en séjour. L’EV1‑La Vélodyssée, itinéraire en majorité littoral, combine un double avantage : il traverse des départements qui figurent à la fois parmi les poids lourds du tourisme français et qui travaillent au développement du vélo depuis plus de vingt ans. Résultat, 65 % des cyclistes présents sur l’itinéraire sont des touristes, en majorité présents dans le cadre des loisirs pour des sorties de quelques heures à la journée.
Avec 202 000 itinérants estimés, l’EV1-La Vélodyssée n’est pas en reste sur ce segment. Bien qu’ils ne représentent que 6% du volume total, ils sont équivalents aux volumes enregistrés par La Loire à Vélo en 2015. D’ailleurs, qui emprunte La Vélodyssée ? Plus de 80 % des cyclistes sont des Français, une situation que la coordination de l’itinéraire souhaite faire évoluer : « Il est important de conquérir la clientèle étrangère. Les travaux engagés dans le cadre d’AtlanticOnBike y contribueront certainement. » comme le souligne Stéphane Vilain, Président de La Vélodyssée. Côté dépenses, l’EV1-La Vélodyssée se situe dans la moyenne des itinéraires déjà observés. Les touristes dépensent en moyenne 71 € par jour et par personne dont la plus grande partie est consacrée à l’alimentation et à l’hébergement.

Des pistes d’actions pour consolider les retombées

Les cyclistes interrogés sont globalement satisfaits par l’itinéraire mais l’analyse détaillée montre des axes d’amélioration. Fait récurrent sur les itinéraires français, les aires de services, points d’eau et toilettes font défaut. Une réflexion globale mériterait d’être engagée pour faciliter le recensement et mieux communiquer sur l’existant.
Revers de la médaille, les questions de disponibilité et tarif de l’hébergement à la nuitée sont souvent soulevées sur les portions d’itinéraire traversant des zones fortement touristiques. L’annonce de ces résultats a été l’occasion de débattre des pistes à développer pour maintenir ce niveau de fréquentation mais aussi de réaffirmer l’intérêt des itinéraires cyclables. Pour Sandrine Derville, Vice-Présidente du conseil Régional de Nouvelle Aquitaine en charge du tourisme, « ces itinéraires jouent un rôle majeur dans la structuration de l’aménagement », notamment pour les régions, comme la Nouvelle-Aquitaine, qui sont en pleine réflexion sur leur schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET). Pour Karine FOUQUET, conseillère départementale de Loire-Atlantique en charge de la mobilité, « c’est également un élément moteur de l’économie touristique et donc de l’économie locale. »

Des résultats issus d’un projet européen pour une méthode réplicable

C’est début 2018 que l’EV1-La Vélodyssée lançait sa première étude de fréquentation basée sur la méthode EuroVelo 6. Ce projet, co‑financé par les Départements et les Régions partenaires[1], a été rendu possible par le projet Interreg AtlanticOnBike qui réunit l’ensemble des pays traversés par l’EuroVelo 1 de la Norvège au Portugal. Ce projet vise à mettre à jour le guide méthodologique de 2006 pour définir un socle commun d’observation du tourisme à vélo à déployer sur l’intégralité de l’itinéraire dès 2019. Le challenge ? Rendre la méthode française réplicable à l’échelle européenne et ouvrir la porte à la consolidation et l’agrégation nationale des enquêtes réalisées en France.
Ce type d’enquête est basé sur un double dispositif : comptages automatiques et enquêtes sur sites par questionnaires auto-administrés. Produire les résultats de l’EuroVelo 1 – La Vélodyssée aura nécessité 75 journées d’enquêtes sur 29 sites d’avril à novembre 2018. Près de 4700 questionnaires ont été collectés, ce qui représente plus de 10 000 cyclistes en tout. Pour ce dispositif d’envergure, une fois n’est pas coutume, la présentation des résultats à l’échelle de l’itinéraire sera suivie prochainement par les déclinaisons territoriales. À venir très vite, les restitutions en Loire-Atlantique (avril 2019) et en Bretagne (mai 2019).

Stéphanie Mangin

[1] Les partenaires de l’EV1-La Vélodyssée en France comptent 9 Départements (Finistère, Côtes d’Armor, Morbihan, Loire-Atlantique, Vendée, Charente-Maritime, Gironde, Landes, Pyrénées Atlantiques) et 3 Régions (Bretagne, Pays de la Loire et Nouvelle-Aquitaine).


Le projet Interreg AtlanticOnBike, porté par le Département des Pyrénées-Atlantiques, fédère dix-huit partenaires venus de six pays européens. D’un coût estimé à 4,58 millions d’euros, le projet entend positionner l’EuroVelo 1, reliant le Portugal à la Norvège, comme destination d’excellence.

Schéma & Itinéraires