Vélo & Territoires

Inscription à la newsletter

Accueil Politiques cyclables Data vélo et modèles de données Référentiel de données des équipements vélo

Référentiel de données des équipements vélo

Mis à jour le 20 juillet 2021

Alors que la pratique du tourisme à vélo est en augmentation et que le réseau des véloroutes se structure, les équipements vélo le long des itinéraires font souvent défaut et ne sont pas toujours bien référencés. En conséquence, planifier et prioriser de nouveaux équipements pour une collectivité ou organiser son itinérance pour un usager peut être compliqué. Dans ce contexte, le référentiel de données sur les équipements vélo vise à harmoniser le recensement et la description de ces infrastructures. Associé à une base de données nationale, la diffusion de ces informations sera prochainement simplifiée et complétée par une méthode à jour sur le regroupement des équipements individuels en aires de services et haltes-repos par le biais d’un référentiel dédié d’ici l’automne 2021.

Télécharger le dictionnaire du référentiel de données équipements vélo

Objectifs

La mise en place d’outils nationaux sur les équipements vélo vise trois objectifs :

  • Aider les aménageurs dans la gestion de leur patrimoine et la planification de nouveaux équipements dans un contexte de densification de l’offre.
  • Permettre d’observer l’état du parc d’équipements vélo à plus grande échelle (un itinéraire, une région, au niveau national) et analyser les tendances d’évolution en vue d’orienter les politiques publiques.
  • Faciliter la préparation en amont et durant un séjour en itinérance à vélo pour les usagers, en leur permettant de trouver une information de qualité et à jour. 

Comment est construit le référentiel de données des équipements vélo ?

Ce référentiel de données décrit une large palette d’aménagements et services vélo :

  • Il est possible d’y intégrer des infrastructures telles que les tables de pique-nique, les bancs et abris, les poubelles et sanitaires, les points d’eau potable, les bornes wifi ou encore les consignes à bagage.
  • Les équipements offrant des services plus spécifiques à l’usage du vélo, et notamment les stationnements vélo et le nombre de places associées, les points de recharge pour VAE ou téléphone, les ateliers d’auto-réparation et d’entretien en libre-service, pour le lavage, le gonflage ou la réparation de vélos peuvent également être recensés.
  • Pour chacun il est possible d’indiquer si le service est gratuit, protégé, couvert, dans quel état il se trouve, mais aussi de renseigner son propriétaire et son gestionnaire.
  • Enfin, une photo, ainsi que des informations complémentaires et métadonnées telles que la source, la date de la donnée et les coordonnées géographiques de l’objet peuvent être ajoutées.

Dorénavant, les producteurs de données équipements vélo sont invités à utiliser ce référentiel à la source. Il facilitera l’agrégation des données à une échelle supra-territoriale.

La base de données nationale et l’agrégation d’équipements en aire de services

Pour que l’ensemble de ces informations puisse être réellement mise à disposition des usagers, les données produites à l’échelle locale, idéalement au format du référentiel, pourront être versées à la base nationale, hébergée et administrée par Vélo & Territoires. Elle permettra également aux aménageurs ne disposant pas de base de données dédiée à l’échelle locale, d’utiliser l’outil national pour créer et mettre à jour leurs données. Toutes les données seront ensuite accessibles et visualisables à partir du webSIG de Vélo & Territoires. En OpenData, la base de données nationale permet aux réutilisateurs, acteurs du tourisme, développeurs de site Internet et d’applications mobiles d’alimenter leurs outils en contenu avec des données de qualité et à jour.

Au-delà des équipements individuels, il est important pour l’usager de pouvoir identifier des regroupements d’équipements sous forme d’aires de services ou de haltes-repos selon une régularité préconisée à l’échelle nationale et adaptée aux besoins. Une réflexion a donc été menée pour mettre à jour les préconisations de la fiche-action n°8 de Vélo & Territoires pour l’automne 2021. Le référentiel équipements vélo permet déjà de rattacher des équipements individuels à un regroupement. A termes, un référentiel dédié aux aires et haltes sera disponible.

Contexte et origines

En 2018, Vélo & Territoire publiait la fiche-action n°8 « Équipements et aires d’arrêt », support méthodologique qui donne des préconisations à destination des aménageurs pour le développement de regroupements d’équipements le long des itinéraires cyclables. Cette fiche sera mise à jour en 2021.

En 2020, la Région et le comité régional de tourisme de Bretagne et leurs partenaires lançaient un travail ambitieux pour améliorer la connaissance de leurs équipements. Le fruit de leur travail : un modèle de données spécifique synthétisant plusieurs initiatives locales.

Après plusieurs expérimentations, cette base a été reprise et adaptée pour la construction d’un référentiel national dans une démarche animée par Vélo & Territoires. Ce référentiel a été présenté à une soixantaine d’acteurs du terrain en février 2021, puis mis à disposition par Vélo & Territoires en juin 2021.

Interopérabilité avec les autres référentiels

Pour faciliter les échanges avec la base nationale du stationnement vélo proposée par Transport.data.gouv, ce référentiel a été adapté et reprend certaines valeurs :

  • dans les types d’équipement : stationnement ancrage cadre, stationnement ancrage roue, stationnement ancrage cadre et roue et stationnement sans accroche,
  • dans les sous-types : arceau/appui vélo, râtelier/pince-roues, crochet et potelet,

et certains champs ont été ajoutés comme la protection du stationnement.

Des travaux en lien avec DATAtourisme sont également en cours pour rendre interopérable ces deux bases de données. Le référentiel équipements vélo peut donc être appliqué à des données au format SIT (système d’information touristique).

Schema.data.gouv.fr est l’initiative de data.gouv.fr de référencement des schémas de données publiques pour la France. Les schémas de données permettent de décrire des modèles de données dont l’existence est justifiée par voie réglementaire ou par voie d’usage, et de les diffuser au niveau national. La création d’un schéma peut se baser sur un modèle existant (d’un autre pays de l’Union européenne par exemple) ou être construit de toute pièce si la thématique n’a pas encore été modélisée.

Politiques cyclables