Vélo & Territoires

Inscription à la newsletter

Accueil Actualités Des innovations et des nouveaux métiers au service du vélo

Des innovations et des nouveaux métiers au service du vélo

Longtemps mise à mal par des années de sous-investissement, la filière vélo est source de nombreuses innovations et créatrice d’emplois dans les territoires. Derrière les aménagements, les services, le tourisme, la production, la maintenance ou la réparation de vélos, il y a des métiers, porteurs d’un écosystème économique bourgeonnant et vecteurs d’insertion sociale et professionnelle. Retour sur une séquence flash des 26es Rencontres Vélo & Territoires en compagnie de neuf témoins qui ont joué le jeu en incarnant ces nouveaux métiers du vélo.

Des solutions clés en main pour les collectivités : services et équipements

Pour répondre à ces innovations, les structures s’adaptent et imaginent de nouvelles façons de faire. Les trois métiers suivants s’emploient à fournir des services et des équipements adaptés à une filière du cycle en mutation.

« Mieux connaître l’impact du service vélo mis en place, mieux comprendre la mobilité d’un territoire ; accompagner les décisions des collectivités sur les investissements et les aménagements mais aussi optimiser la gestion du service pour en réduire les coûts et les émissions de CO2 », voilà comment Nadia Goupil, directrice commerciale Europe du Sud chez Fifteen décrit le métier de Data Scientist. En rendant lisibles et compréhensibles les flux de données générés par les capteurs installés dans les vélos, Fifteen vise à aider les collectivités à la prise de décision.

Corinne Verdier, directrice commerciale d’Altinnova, se met dans la peau d’un.e assistant.e d’exploitation pour la solution de gestion d’abri vélos Diwio. « J’assiste la/le responsable d’exploitation, je renseigne les clients et les utilisateurs pour mettre en place ou utiliser la plateforme Diwio J’accompagne les collectivités dans l’ouverture de leur service de stationnement sécurisé pour vélos Diwio, puis dans l’analyse des usages des stationnements sécurisés. » Faciliter la vie des usagers en apportant les services dont les cyclistes ont besoin est le cœur de ce métier au sein d’Altinnova.

Vincent Monatte, directeur général de chez Vélogik, a choisi, quant à lui, de conter les missions de dispatcheur.se. « Je gère les réparations en itinérance des flottes de vélos en location longue durée. Je réceptionne les demandes d’intervention des clients. Je rassure, j’oriente et je fixe un rendez-vous pour la réparation. Je coordonne les moyens humains et matériels correspondant aux interventions. Je communique les différentes tâches aux équipes, je m’assure du bon déroulement de l’intervention ». Vélogik répertorie différents métiers autour de la maintenance cycle. En pleine diversification, ces derniers ont pour caractéristiques d’être durables, implantés au cœur des territoires, et ouverts à toutes et tous.

La formation, un levier indispensable à destination de tous les publics

Pour accompagner les différents publics aux évolutions de ce secteur, la formation devient un outil indispensable. Elle peut avoir plusieurs vocations : sensibiliser, vulgariser, ou instruire, le tout à l’aide de différents supports et méthodes.

Marie Couvrat-Desvergnes décrit son métier de formatrice au sein de l’Académie des Mobilités Actives de manière dynamique : « Je travaille avec les outils de la pédagogie active et de la facilitation graphique pour déclencher des projets dans les territoires. Je conçois des contenus techniques sur le vélo et la marche, je monte et organise des formations complètes, j’en fais la promotion et je garde un œil sur toutes les nouveautés qui pourraient intéresser les collectivités ».

Pour présenter le métier d’accompagnateur.rice à la mobilité à vélo, Vincent Dulong, délégué général de la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB),explique que « Rouler à vélo en ville ou en milieu rural, comprendre un réseau d’itinéraires cyclables, choisir le meilleur itinéraire, utiliser une application smartphone, former aux “1ères” réparations… Tout ceci nécessite des compétences et n’a rien d’inné. L’utilisation d’un vélo relève ainsi de l’apprentissage, à tout âge et pour tous ». L’enjeu principal selon lui ? Remettre en selle les enfants et les adultes grâce à un accompagnement de A à Z.

Le recyclage, le réemploi : deux axes majeurs de nos défis contemporains

Outil de mobilité respectueux de l’environnement, le vélo est également réparable à vie, à la condition sine qua non que le cadre et la fourche soient fonctionnels.

« En France, à l’heure actuelle il n’y a aucun système de recyclage vélo : environ 2 millions de vélos sont jetés chaque année et ne sont pas recyclés. » interpelle Priscillia Petitjean, fondatrice des Ateliers de l’Audace. « Réduire, réparer et recycler », ces métiers dits des « 3R » sont également des vecteurs puissants pour le métier de l’insertion. « Je répare les vélos. Je tri les pièces détachées quand le vélo est en fin de vie. Je valorise les matériaux triés grâce au système de traitement des déchets mis en place dans ma ville.  Je porte une vision où l’audace se met au service d’une société plus égalitaire et respectueuse de notre environnement » décrit Priscillia Petitjean.

Dominique Carno est coordinatrice d’atelier à la Cyclofficine de Pantin et représente l’Heureux Cyclage, le réseau des ateliers d’autoréparation de vélos : « Je mets en place le projet associatif tourné vers l’éducation populaire visant la transmission de savoir et je coordonne la vie associative. Je contribue également à l’animation des ateliers mobiles qui s’installent ponctuellement dans les quartiers reculés ou les territoires peu dense en formant à la pédagogie et à la mécanique ».  L’objectif est de lancer la dynamique de la culture vélo dans les différents territoires où il y a des ateliers vélos et faire en sorte de fédérer les personnes novices qui aiment le vélo autour de ces ateliers.

Comment valoriser les initiatives locales en inspirant un large public ?

Les acteurs politiques et économiques des territoires s’emparent du sujet vélo comme outil d’aide à une dynamique territoriale.

Mathieu Cloarec, directeur chez Les Boites à vélo présente deux métiers originaux exercés en territoires peu dense : « David Blouët est libraire à vélo, il organise la tournée de La Libricyclette dans le Bourbonnais et effectue pas moins de 40 km par jour. Mélusine Farille, quant à elle, est rémouleuse à vélo. Elle réhabilite un vieux métier et participe à l’économie circulaire en entretenant les matériels d’affutage des particuliers et des professionnels dans un rayon de 10 km autour de Nantes. » Deux initiatives inspirantes pour « apaiser vos cœurs de ville et revitaliser vos centres-villes un peu en déperdition à cause des grandes zones commerciales ».

« Je suis le seul homme dans cette salle à avoir lu une étude entière sur les nouveaux métiers de la filière vélo ! » s’amuse Ermanno Di Micelli, créateur de contenus sur les mobilités douces. Pour le podcast Vélo du Concentré Vélo, « je crée du contenu pour promouvoir l’utilisation du vélo dans les territoires en partageant les bonnes pratiques, les retours d’expérience et les écueils rencontrés par mes invités pour faire grandir sa culture cyclable. Au-delà d’interviewer les élus ou techniciens territoriaux, je fais le montage et la diffusion des épisodes et je participe à la promotion des contenus. »

 

« Plusieurs métiers maillent l’écosystème vélo : la data, l’aménagement, l’infrastructure, les services, la réparation, le réemploi, … » estime Vincent Dulong. Des métiers qui se créent et évoluent avec la croissance des cyclistes, des usagers et des clients. Au même titre que le vélo dispose d’un bel avenir, ces nouveaux métiers sont prometteurs ! Parmi ses dix propositions stratégiques, l’Alliance pour le vélo prône le soutien à l’émergence d’une filière vélo française et européenne pour « favoriser la création d’un écosystème économique innovant et exemplaire (privé, public et associatif), porteur d’emplois non délocalisables pour la fabrication, la réparation et le réemploi des vélos, ainsi que dans les services autour du vélo ».

Adeline Janneteau

Autres actualités