Vélo & Territoires

Inscription à la newsletter

Accueil Actualités ViaRhôna : améliorer les conditions d’accueil des cyclistes dans les espaces naturels proches de l’itinéraire

ViaRhôna : améliorer les conditions d’accueil des cyclistes dans les espaces naturels proches de l’itinéraire

La première attente des usagers de la ViaRhôna est la découverte des espaces naturels, selon l’étude RhônaVél’eau de 2019. La Fédération des conservatoires d’espaces naturels a élaboré une grille d’analyse des conditions d’accueil des cyclistes dans les sites naturels préservés, proches de la ViaRhôna, et souhaite la mettre à disposition d’autres itinéraires cyclables en France. Interview avec Hervé Coquillart, responsable du programme espaces naturels et Via Rhôna pour le réseau des gestionnaires de zones humides du Rhône et de la Saône (FCEN – Fédération des Conservatoires d’Espaces Naturels).

  • Quelle a été l’origine de cette grille d’analyse sur les conditions d’accueil des cyclistes ?

C’était une demande des gestionnaires de sites naturels, exprimée en 2018, lors d’une réunion du réseau des gestionnaires de zones humides du Rhône et de la Saône, animé par la FCEN, dans le cadre du plan Rhône-Saône. Les gestionnaires de sites naturels protégés étaient confrontés au passage des cyclistes de la ViaRhôna sur leur site ou à proximité, mais se sentaient à la marge de la dynamique de l’itinéraire. Dans le cadre du Plan Rhône-Saône, l’aménagement de la ViaRhôna contribue au développement économique des communes riveraines en valorisant le patrimoine fluvial. Toutefois au début du projet de la ViaRhôna, les enjeux des espaces naturels étaient peu considérés.

Cette demande faisait écho aux résultats de l’enquête usager de l’étude scientifique « RhônaVél’eau », co-conduite avec le laboratoire de l’université Lyon 2 et l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) de Montpelier, de 2016 à 2019. Les deux premières motivations des usagers de la ViaRhôna sont « faire de l’exercice » et « être proche de la nature ». L’enquête sur la fréquentation et l’impact économique sur la ViaRhôna de 2017 montre que 8 % des cyclistes croisés de la ViaRhôna pratiquent la découverte d’un site ou d’une réserve naturelle et que 90 % des cyclistes sont satisfaits de la qualité paysagère.

Pour répondre au besoin des gestionnaires d’être mieux intégrés aux réflexions autour de la ViaRhôna et d’améliorer l’accueil des cyclistes sur les sites naturels, la FCEN travaille depuis 2019 à cet enjeu.

  • Quelle a été votre démarche de travail ?

Les gestionnaires ont déjà des capacités d’accueil, mais qui ne considèrent pas forcément les critères standards d’accueil des cyclistes. Nous nous sommes rendus compte qu’il fallait caractériser ces types d’accueil en fonction de l’offre de découverte et des conditions d’accueil des cyclistes. Ce travail a été financé par le FEDER et la région Auvergne-Rhône-Alpes et réalisé avec l’appui du bureau d’études Atemia, spécialisé dans le tourisme de nature. Nous avons élaboré une grille d’analyse des conditions d’accueil cyclistes en cours d’appropriation par les gestionnaires.

  • À quoi ressemble cette grille d’analyse ?

La classification vise à trouver un équilibre entre trois critères clés : l’expérience touristique, la distance à la ViaRhôna et la nature des aménagements et équipements d’accueil disponibles. Il en découle le classement en trois catégories des sites naturels qui accueillent des cyclistes :

Pause Nature:

  • Distance : à moins d’un kilomètre de la ViaRhôna
  • Expérience touristique : observation du paysage, de la faune et de la flore, pendant 5 à 10 minutes (pas besoin de stationnement)
  • Équipements : signalétique pédagogique

Halte Nature:

  • Distance : à moins de 5 km de la ViaRhôna (ou plus de 5 km si accessible via une boucle locale balisée)
  • Expérience touristique : observation, visite du site, de 30 minutes à 2h
  • Équipements : signalétique pédagogique, stationnement vélo (rack à vélo avec arceaux)

Pôle Nature:

  • Distance : à moins de 10 km de la ViaRhôna (ou plus de 10 km si accessible via une boucle locale balisée), à proximité d’une maison de site ou d’un espace d’accueil
  • Expérience touristique : découverte approfondie des enjeux du site de 30 min à 4h
  • Équipements : signalétique pédagogique, stationnement vélo rack à vélo avec arceaux ou box sécurisé et soute à bagages), table et/ou banc, consigne à bagage, kit de réparation, eau potable, sanitaires, prise électrique
Cyclistes sur la ViaRhôna ©France Vélo Tourisme
  • Quelles sont les perspectives de mise en œuvre de ce projet ?

Du Lac Léman à la Camargue, nous avons identifié 70 sites concernés dans les espaces naturels gérés par le réseau. Mais il y a aussi d’autres sites gérés par des intercommunalités qui peuvent être concernés. Une dizaine pourraient être des pôles nature qui seraient aptes à candidater au label Accueil Vélo. Deux parmi eux le sont déjà : le grand parc de Miribel Jonage et la réserve naturelle des Marais du Viguéra, en Camargue. Par ailleurs, la nouvelle gouvernance par tronçon de la ViaRhôna, et la nouvelle valorisation touristique de ses atouts environnementaux devraient faciliter la mise en œuvre de cette grille.

Les principales questions qui se posent maintenant :

  • Comment mettre en place la signalétique pour les sites distants de l’itinéraire ?
  • Comment identifier la ViaRhôna dans les éléments d’accueil des sites des espaces naturels ?
  • Faut-il mutualiser les achats de stationnement vélo?
  • Comment mutualiser la communication, en référençant les sites dans un système d’information géographique (SIG) ou un système d’information touristique (SIT) ?

 

  • Cette méthode est-elle réplicable à d’autres itinéraires cyclables en France ?

La région Auvergne-Rhône-Alpes souhaite faire connaître cette démarche à d’autres itinéraires cyclables. Nous sommes éventuellement disponibles pour accompagner dans l’essaimage de la démarche, au cas par cas, d’autres itinéraires. Pour l’instant nous avons eu des échanges avec les gestionnaires d’espaces naturels présents près de la Via Allier et de la Véloire. Ces échanges favorisent une meilleure prise en compte des espaces naturels sur d’autres itinéraires.

Propos recueillis par Armelle Boquien 

Ce travail fait écho à celui de Vélo & Territoires sur la classification nationale commune des équipements vélo selon leur importance, sur les aires de services et les haltes-repos, adoptée en 2021. La fiche n°8 sur les équipements et les aires de services mise à jour sera publiée en janvier 2022.

Schéma & Itinéraires