Vélo & Territoires

Inscription à la newsletter

Accueil Actualités L’Ille-et-Vilaine, territoire cyclable

L’Ille-et-Vilaine, territoire cyclable

Département le plus peuplé de la région Bretagne, le territoire bretillien s’est doté fin 2017 d’un nouveau Schéma cyclable. L’occasion idéale de faire le point sur une politique ambitieuse en perpétuelle amélioration.

Un nouveau Schéma devenu nécessaire

Entretien avec Roger Morazin, conseiller départemental délégué aux Déplacements doux, aux liaisons cyclables et à l’éducation à l’environnement, vice-président du CDT Haute Bretagne Ille-et-Vilaine, représentant aux DRC.

Qu’est-ce qui a motivé la transition du Département vers le nouveau Schéma cyclable de novembre 2017 ?
J’ai pris la délégation départementale en 2015. À ce titre, j’ai pu participer aux trois dernières Rencontres annuelles des DRC dans la Drôme, en Alsace et en Charente-Maritime. Ces moments nous ont permis de prendre la mesure de notre situation en Ille-et-Vilaine, et de la nécessité de la faire évoluer. C’est à partir de là que nous avons pu amorcer un travail de réflexion au niveau des services pour mettre en place une nouvelle politique vélo.

Quelles en sont les grandes lignes ?
Le nouveau Schéma va d’abord s’attacher à finaliser les nombreuses boucles vélo et voies vertes dont l’aménagement était déjà en cours. Des efforts particuliers porteront également sur les thématiques des EPCI, des collèges, des contrats départementaux de territoire et de l’adaptation de notre règlement de voirie aux enjeux posés par le partage de la route entre ses différents usagers. Enfin, plusieurs actions sont prévues en matière de communication, d’insertion ou de santé.

Par exemple ?
Nous comptons mettre vingt vélos à assistance électrique à la disposition des agents du Département, afin de les sensibiliser petit à petit. De la même façon, nous avons commencé à nous rapprocher d’associations pour travailler sur la question des effets du vélo sur l’insertion et la santé des populations fragiles. Enfin, le dimanche 10 juin est cette année une date à retenir pour nos administrés, puisque nous organiserons à La Chapelle-Bouëxic notre premier Carrefour départemental du vélo. Cette journée sera l’occasion de participer à des ateliers, des débats et des circuits en famille – bref, de parler vélo !

Comment le CDT valorise la politique vélo du Département

Témoignage de Solène Michenot, présidente du CDT Haute Bretagne Ille-et-Vilaine

Qualification des boucles vélo en Plus belles balades « Le CDT Haute Bretagne est engagé dans la valorisation de la randonnée depuis plus de quinze ans. À ce titre, il a entamé dès 2004 une réflexion sur le concept de « Plus belles balades à pied » et a adapté cette démarche aux boucles vélo à partir de 2011.

Dans le cadre de son Plan vélo, le département d’Ille-et-Vilaine a lui aussi souhaité favoriser le déploiement des boucles locales. Le CDT a donc adapté son référentiel afin de qualifier les boucles vélo en fonction du type d’aménagement (site propre/site partagé), de son environnement (ville, forêt, bocage, panorama, eau) et de critères touristiques (aire d’accueil, équipements et services, attraits touristiques et patrimoniaux). L’objectif est de qualifier cette offre et d’en assurer la promotion à travers le concept de « Plus belles balades à vélo ».

Pour ce faire, le CDT a mis en place depuis 2013 un site Internet dédié à la randonnée avec une entrée vélo ainsi qu’une carte « Balades et randonnées » dont le verso est entièrement dédié au vélo. Il participe en outre depuis deux ans au salon Destinations nature à Paris et, dans le cadre  d’un partenariat avec le Comité régional du tourisme, à l’accueil des tour-opérateurs
qui souhaitent programmer des séjours à vélo autour de notre destination. Ce travail de qualification a aussi été valorisé en 2017 avec la sortie d’un guide aux éditions Ouest France intitulé Autour de Rennes à vélo – La Haute Bretagne en roue libre, qui valorise une trentaine de parcours cyclables. »

La structurante V42 Saint-Malo/Arzal
« L’Ille-et-Vilaine est traversée par la V42. Cet itinéraire inscrit au Schéma national vélo relie Saint-Malo à Arzal en empruntant en grande partie le chemin de halage le long du Canal d’Ille-et-Rance et de la Vilaine. Il connecte sur plus de 200 km la Manche à l’Atlantique et permet de découvrir des villes comme Saint-Malo, Dinan, Rennes et Redon, mais aussi de traverser les vallées de la Rance et de la Vilaine ou de passer par des sites patrimoniaux (site des onze écluses à Hédé, Moulin du Boël) et naturels (site de Corbinière, marais de Gannedel). Depuis près de vingt ans, la section entre Saint-Malo et Rennes a été aménagée par les départements d’Ille-et-Vilaine et des Côtes d’Armor. La section entre Rennes et Redon est actuellement en cours d’aménagement par le conseil  régional de Bretagne, qui est récemment devenu propriétaire des voies d’eau navigables. Cet itinéraire est également desservi par trois gares TGV et par de nombreuses gares TER. Il est en outre connecté à deux itinéraires EuroVelo, à savoir l’EuroVelo 4 et La Vélodyssée/EuroVelo 1, et permet de boucler le Tour de Bretagne à vélo. »

Le Tour de Haute Bretagne à vélo
« L’objectif est de s’adresser à une clientèle itinérante, notamment familiale, qui souhaiterait découvrir notre destination à vélo, en lui proposant des itinéraires à la carte et en favorisant la découverte à travers des « tours de pays ». Deux sont actuellement promus sur notre site Internet, à savoir le Tour du pays de Redon, d’une distance de 150 km, à faire en trois jours et 100 % en site propre, et le Tour du pays de Saint-Malo, d’une distance de 176 km à faire en quatre jours. Le CDT, en collaboration avec les acteurs locaux, contribue au déploiement de la marque Accueil Vélo auprès les hébergements, offices de tourisme et loueurs de vélo. À ce jour, le département d’Ille-et-Vilaine dispose de 25 hébergements, de cinq offices de tourisme, de trois loueurs de vélo et d’un site de visite marqués Accueil Vélo. Ce déploiement s’est principalement fait le long des deux EuroVelo (EuroVelo 4 et La Vélodyssée/EuroVelo 1), ainsi que le long de la V42 Saint-Malo/Arzal. »

Les itinéraires cyclables, une attention constante de l’Ille-et-Vilaine depuis 2007

Entretien avec Françoise Morin-Giffrain, responsable du service Études et travaux n°3, mission Déplacements durables, au département d’Ille et Vilaine et Jean-Christophe Nicolle, chargé de mission Développement, filières et territoires au comité départemental de tourisme Haute-Bretagne Ille-et-Vilaine.

Quelles avaient été les principales avancées du Département en matière cyclable avant le Schéma 2017 ?
Le Département travaille depuis 2007 à la mise en place d’itinéraires cyclables de loisirs et de tourisme. Ceux-ci s’appuient sur des routes existantes où passent moins de 1000 véhicules par jour. Ces itinéraires offrent un maillage du territoire à la découverte de ses espaces naturels sensibles. Dès 2008, le Département est allé au-delà en accompagnant les pays touristiques dans des projets de boucles locales initiés par eux-mêmes ou les EPCI. Pour nos aménagements, nous retenons le sable local traité, adapté à un usage de loisirs et de tourisme.

C’est-à-dire ?
Sur la base du respect des critères de sécurité et de compatibilité avec le maillage des itinéraires départementaux, les projets de boucles locales ont fait l’objet d’une labellisation par le Département. Ceci entraînait une prise en charge allant de la fourniture et de la pose des panneaux de signalisation jusqu’à la mise en oeuvre desdites boucles. Cette évolution a permis de développer les déplacements de loisirs et de tourisme au niveau local. Les autres axes de cette politique cyclable départementale portaient principalement sur l’aménagement de voies vertes telles que la voie verte de la baie du Mont Saint-Michel, ou encore sur le dispositif des contrats de territoire et le financement de projets d’aménagements locaux à vocation utilitaire ou touristique.

Quel budget est alloué au Schéma 2017 ?
Le nouveau Schéma départemental cyclable se scinde en plusieurs actions. Il prévoit 65 000 euros pour finaliser les itinéraires reliant Saint-Méloir-des-Ondes à Tressé sur la véloroute départementale 8 (VD8), Vitré à Fougères sur la VD5 et Saint-Méen-le-Grand à Vitré sur la V6. Par ailleurs l’aménagement des boucles locales se poursuivra à raison de trois à cinq par an, soit environ 25 000 euros affectés chaque année. S’agissant de la voie verte de la baie du Mont Saint-Michel, un budget de 300 000 euros est prévu pour améliorer la traversée des villes de Cherrueix et du Vivier-sur-Mer. Les études de l’aménagement des 20 kilomètres qui relient Saint-Méloir-des-Ondes à Saint-Malo seront par ailleurs relancées, l’opération étant évaluée à 2,5 millions d’euros.
Enfin, la question de la traversée de la Rance, sur cette voie verte, fera l’objet d’une étude menée avec les EPCI partenaires du fait de l’usage à la fois utilitaire et touristique de la liaison cyclable. L’objectif sera de déterminer l’aménagement adéquat au vu des contraintes sur ce secteur, telles que l’inscription en site classé ou encore la présence de l’usine marémotrice du barrage. Un itinéraire touristique alternatif a été mis en place pour assurer la continuité avec le département des Côtes d’Armor.

Quid de la prise en charge d’aménagements cyclables dans le cadre des contrats de territoire ?
Le dispositif des contrats de territoire sera maintenu, mais sera désormais conditionné par la mise en place préalable, par la collectivité locale, d’un schéma de cohérence cyclable.

Combien de kilomètres ont été aménagés à ce jour ?
Le Plan vélo départemental a permis d’aménager 696 km de véloroutes départementales et 1370 km de boucles locales. Le développement des boucles devrait bientôt se finaliser par la contrainte de délimitation géographique, liée au critère qui impose le non croisement des boucles pour des raisons de lisibilité et de sécurité. Quelques boucles complémentaires pourront toutefois être mises en place, ce qui porterait le linéaire cible entre 1600 et 2000 km.

Quelles tendances se dégagent de l’enquête de fréquentation réalisée en 2013 par la région Bretagne et les départements ?
Cette étude nous a permis de distinguer les cyclistes selon les usages : 64 % d’entre eux pratiquent en loisirs et 11 % en itinérance. Par jour et par personne, ils parcourent en moyenne 36 km et dépensent en moyenne 58 euros. En 2018, le même dispositif est reconduit en Bretagne. Il va nous permettre de disposer de nouveaux éléments liés au profil de la clientèle, et de les comparer aux résultats de 2013 ainsi qu’à ceux de l’enquête Reflet menée en Bretagne en 2016 sur l’ensemble de la clientèle d’agrément. En termes de fréquentation, l’année 2017 a enregistré 190 900 passages de vélos en Ille-et-Vilaine, soit une moyenne de 105 par jour et par compteur. Cela représente une augmentation de 4,6 % des passages vélos par rapport à 2016.

En savoir plus : www.ille-et-vilaine.fr www.bretagne35.combalades.bretagne35.com


Agence Abicyclette

Trois questions à Fabien Leduc, fondateur

Agence rennaise fondée en 2010, Abicyclette est née de « l’envie de faire voyager les gens à vélo, de leur faire prendre conscience de l’accessibilité de ce type de vacances et d’aventures, du bonheur et du repos actif que cela procure ». Son credo ? Trouver le voyage qui colle le mieux à la demande du client.

Qu’est-ce qui a changé entre Abicyclette 2010 et Abicyclette 2018 ?
Presque tout ! En 2010, nous avions à cœur de partager notre passion et de l’associer à la découverte de territoires et de terroirs principalement bretons… Aujourd’hui, cette passion nous la partageons avec dix fois plus de voyageurs venus du monde entier. Nous organisons désormais de très nombreux voyages sur l’ensemble de la moitié ouest de la France, de Caen à Montpellier en passant par Orléans, Brest ou Hendaye, ainsi qu’à l’étranger. Le vélo à assistance électrique, au cours de la période, a été aussi une grande évolution, nous amenant ces trois dernières années une nouvelle clientèle et modifiant au passage les caractéristiques de notre parc de vélos de location.

À quel(s) niveau(x) la politique cyclable départementale a-t-elle eu une incidence sur votre activité ?
Nos circuits sont souvent construits à une échelle régionale. Nous parlons très peu d’échelle départementale dans nos itinéraires et souffrons parfois de ce découpage. Car la qualité des aménagements varie de manière très significative entre les départements, ne rendant pas facile la continuité et la logique de grands itinéraires pour des clientèles étrangères notamment. Néanmoins nous reconnaissons que les aménagements des voies vertes sont très importants. Quand la communication suit, nous voyons régulièrement venir des demandes d’information sur ces itinéraires. D’autre part, cela nous a permis de renforcer notre offre et notre communication envers les familles qui recherchent ce type d’aménagement. Que ce soit chez nos voisins européens ou à l’échelle du pays, nos expériences montrent l’efficacité en termes d’attractivité de tous ces aménagements cyclables. Aussi nous encourageons vivement nos partenaires institutionnels à continuer dans cette voie pour l’accueil de ce slow tourisme plus intéressant économiquement et moins dégradant des milieux.

Quels seraient les points à améliorer pour que l’offre cyclable du territoire épouse au mieux vos attentes ainsi que celles de vos clients ?
J’en listerais quatre. D’abord, une meilleure coordination entre les territoires pour une meilleure continuité des itinéraires cyclables et de la signalétique. Ensuite, davantage de concertation avec les associations et les acteurs du vélo pour la réalisation des aménagements, car nous constatons encore régulièrement des absurdités en termes de sécurité sur certaines portions. Ensuite encore, que l’accueil des vélos devienne un élément de réflexion obligatoire dans tous les nouveaux aménagements, par exemple pour l’accès au Mont Saint-Michel ou au passage du barrage de la Rance… Enfin, la question du développement d’activités culturelles et de services de restauration ou de ravitaillement autour des itinéraires cyclables me semble un autre levier important à travailler pour l’avenir.

En savoir plus : www.abicyclette-voyages.com

Propos recueillis par Anthony Diao

La revue Vélo & Territoires