Vélo & Territoires

Inscription à la newsletter

Accueil Actualités Relier ville et campagne au-delà des limites administratives

Relier ville et campagne au-delà des limites administratives

Tronçons manquants, coupures, signalisation interrompue, entrées et sorties de villes problématiques… de nombreux freins entravent le développement du vélo partout en France. Le vélo, certes, permet de dépasser les frontières, mais les cyclistes se trouvent souvent bloqués par une frontière invisible : la limite administrative. Résultat ? La discontinuité. Pour identifier les besoins et les bonnes pratiques, Vélo & Territoires a consacré un atelier spécifique à ce sujet lors de ses 22es Rencontres en Savoie. Morceaux choisis.

Dépasser les limites administratives

« Le défi est d’assurer des continuités pour les usagers malgré des changements de maître d’ouvrage et de gestionnaire. Les rôles de chacun doivent être clarifiés pour proposer un niveau de service continu quel que soit le gestionnaire de la voirie » décrypte Olivier Borrot, chef du service prospective et coordination du département de la Savoie. Comment cela se traduit-il concrètement ? Le département de la Savoie et Grand Chambéry l’agglomération ont précisé les rôles de chacun de l’entretien au balisage en passant par le renouvellement des infrastructures par le biais d’une convention. « Les itinéraires sur l’agglomération de Chambéry sont jalonnés en cohérence avec les panneaux existants du Département. La structuration de ces itinéraires à l’échelle départementale en est indubitablement facilitée, à l’image du projet Reval porté par le Grand Chambéry pour la valorisation de la V63, en coordination avec le Département et deux autres intercommunalités » explique Emmanuel Roche, chargé du développement de la politique cyclable de Grand Chambéry l’agglomération. Le manque de continuité du jalonnement entre centre-ville et zones périphériques est un frein majeur au report modal. Le voisin suisse fait figure d’exemple sur le sujet : « Le réseau de La Suisse à vélo est structuré en itinéraires nationaux, régionaux et locaux. Les règles du jeu spécifiques à la signalisation sont valables dans tous les cantons, régions et communes et ne connaissent pas les frontières administratives » témoigne Lukas Stadtherr de SuisseMobile.

Signalisation : ce que cherchent les cyclistes

« Comme pour la signalisation routière, la signalisation des itinéraires cyclables ne s’improvise pas, elle s’apprend. Les cyclistes ont besoin d’un réseau cyclable plus dense doté d’une signalisation complète et homogène pour se déplacer sans se limiter à la pratique de loisirs » témoigne Albert Cessieux, administrateur de l’AF3V, délégué régional Auvergne-Rhône-Alpes. « Les cyclistes sont en quête d’un balisage lisible avec une mention de direction et de distance, et ce à chaque carrefour d’itinéraires pour ne pas se perdre. Mais attention à ne pas surcharger les panneaux tout de même. Les standards doivent être identiques en zones urbaines et rurales ». Les grands itinéraires cyclables sont un outil par excellence pour les déplacements quotidiens dans et entre les territoires. Continus et balisés, ils relient des zones urbaines, périurbaines et rurales. Aménagée le long du canal de l’Ourcq en Seine-Saint-Denis, La Scandibérique – EuroVelo 3 relie Bobigny au centre de Paris en 45 minutes seulement par exemple. Grâce à une infrastructure de qualité, bien jalonnée, de nombreux usagers l’empruntent quotidiennement pour leurs déplacements domicile-travail. De même, la Véloroute Rhin – EuroVelo 15 constitue un des axes structurants les plus usités pour la mobilité du quotidien.

Théo Vintaer

En savoir plus :

Diaporama de l’atelier « Comment ne pas perdre les cyclistes entre ville et campagne ? » des 22es Rencontres Vélo & Territoires en Savoie (réservé aux adhérents)

Politiques cyclables