Vélo & Territoires

Inscription à la newsletter

Accueil Actualités Le vélo, une solution pour tous les territoires : les 25es Rencontres Vélo & Territoires à guichet fermé en Ardèche

Le vélo, une solution pour tous les territoires : les 25es Rencontres Vélo & Territoires à guichet fermé en Ardèche

Des inscriptions closes trois semaines avant l’événement (une première !), plus de 320 acteurs de l’écosystème vélo français venus de la France entière, 38 intervenants et 19 exposants représentés : le succès des 25es Rencontres Vélo & Territoires en Ardèche, le grand rendez-vous fédérateur du réseau, est sans équivoque. Avec une gouvernance renouvelée la veille, forte, rassembleuse et représentative des 139 adhérents, ces Rencontres Vélo & Territoires confirment l’engouement des collectivités, dans toute leur diversité, et leur enthousiasme à se retrouver et se mobiliser pour le développement du vélo. Six messages clés sont à retenir de ces journées retrouvailles.

Le vélo fait sa place au sein des politiques publiques

Avec +11 % de passages de vélos en 2020 par rapport à 2019, voire +28 % hors confinements, les compteurs sont au vert et pour Chrystelle Beurrier, fraîchement réélue présidente de l’association, « ce n’est pas qu’une affaire des grandes villes ». L’année 2020 ne ressemble à aucune autre sur le plan de la fréquentation vélo. « La population est en attente sur la mise en œuvre de politiques cyclables ambitieuses, dont en territoire rural. Les efforts des collectivités paient et invitent à aller plus loin et plus vite », poursuit Chrystelle Beurrier. La feuille de route du Plan vélo de 2018 est déjà presque intégralement mise en œuvre. 650 millions d’euros sont investis dans le vélo depuis 2018, 200 millions d’euros supplémentaires sont mobilisés pour la réalisation d’aménagements cyclables et de stationnements sécurisés pour les vélos en gare dans le cadre du plan de relance, 74 % des 25 587 km inscrits au Schéma national des véloroutes sont ouverts et 50 000 enfants sont formés au Savoir Rouler à Vélo. « Les collectivités, les associations et l’État travaillent ensemble pour que le Plan vélo soit une réussite et nous pouvons en être fiers » salue Thierry du Crest, coordinateur interministériel pour le développement de l’usage du vélo.

Ouverture des 25es Rencontres Vélo & Territoires en Ardèche par Chrystelle Beurrier ©Matthieu Dupont

Démocratiser la pratique du vélo pour tous les territoires et tous les usagers

Réduire la fracture territoriale et sociale et développer la pratique du vélo pour les différents publics en dehors du cœur des villes, notamment des grandes agglomérations, est stratégique. « La pratique du vélo connaît une forte croissance dans les grandes villes depuis vingt ans, alors qu’elle a tendance à baisser dans le monde rural », décrit Agnès Duval, directrice régionale déléguée de l’Ademe Auvergne-Rhône-Alpes. « Le Covid change peut-être la donne. Il faut accompagner ces territoires et multiplier par trois les investissements pour développer 100 000 km d’aménagements cyclables structurants supplémentaires. » La fracture est également sociale et « l’enjeu est surtout d’embarquer les femmes, les jeunes générations et les personnes âgées avec l’engouement du VAE ». Le vélo est un formidable outil pour des systèmes de mobilité plus inclusifs. Pour cela, il n’y a pas de secret, cela passe par une redistribution de l’espace public pour les modes actifs et un ralentissement général dans les villes et les villages. Un constat partagé par Patrice Pattée, vice-président du Club des villes et territoires cyclables : « Toute la chaine des déplacements a été créée pour la vitesse des véhicules motorisés depuis des décennies. Démocratiser la pratique du vélo nécessite de réduire la place de la voiture, y compris sur la voirie départementale en milieu urbain. »

Agir avec conviction et ambition est aussi possible dans les territoires peu denses

Appui en ingénierie cyclable aux collectivités locales par le département de l’Ardèche, coopération supra-intercommunale dans l’élaboration d’une politique cyclable à l’échelle de Sud Ardèche, services vélo solidaires et location de vélos, … les exemples ardéchois illustrent le fait qu’agir en faveur du vélo n’est pas réservé aux grandes villes. « En Ardèche, nous n’avons pas de métropole et de gare, mais les collectivités locales sont fédérées dans notre schéma vélo départemental » explique Jean-Paul Vallon, vice-président du Département. « Nous soutenons financièrement les intercommunalités et les encourageons à lancer des initiatives locales en faveur de la pratique du vélo pour tous. » Créer des infrastructures cyclables de qualité pour les usagers quotidiens et les touristes, donner envie de se déplacer à vélo et de revenir, interconnecter les trois voies douces et faire adhérer les communes et la population aux projets vélo, telles sont aussi les ambitions de la communauté d’agglomération Privas Centre Ardèche qui, en pleine réflexion sur la mise en œuvre d’une véritable politique cyclable, vient de rejoindre le réseau Vélo & Territoires.

Visite technique à vélo sur la voie douce de la Payre ©Matthieu Dupont

Les collectivités doivent bénéficier d’un accompagnement financier et technique

L’appui, il se traduit par l’ingénierie et le déclenchement de politiques cyclables dans les territoires les moins dotés. C’est à ceux-là que s’adresse le programme AVELO de l’Ademe autour de quatre axes :

  • La construction d’une stratégie de développement d’aménagements cyclables
  • L’expérimentation de services vélo
  • L’animation et la promotion de politiques cyclables intégrées
  • Le recrutement de chargés de mission vélo au sein des territoires

Les 254 lauréats du premier appel à projets AVELO 2 ont été annoncés à l’occasion du troisième anniversaire du Plan vélo. « En Auvergne-Rhône-Alpes, nous avons eu 22 lauréats pour le programme AVELO 1 et 28 pour le premier relevé d’AVELO 2. Les 50 lauréats en l’espace de trois ans nous ont demandé en interne de trouver de nouvelles modalités de travail pour pouvoir les accompagner en partenariat avec le Cerema » contextualise Agnès Duval. L’ensemble des lauréats AVELO de la région Auvergne-Rhône-Alpes étaient invités à se réunir le 6 octobre pour se rencontrer, échanger sur les bonnes pratiques et suivre l’avancée du programme.

L’importance d’objectiver les politiques cyclables

Le troisième Baromètre des villes cyclables de la FUB a été lancé début septembre et invite tous les cyclistes, actuels et futurs, à y répondre massivement avant le 30 novembre. Les résultats seront annoncés en février 2022. « L’intérêt de ce Baromètre est de voir l’évolution de la perception sur la mise en œuvre des politiques cyclables et pas seulement de proposer un classement » précise Olivier Schneider, président de la FUB. Début octobre, cette grande enquête citoyenne avait déjà enregistré plus de 67 000 réponses. Organisée tous les deux ans par la FUB depuis 2017, elle a permis de récolter plus de 185 000 réponses en 2019. Une mine d’informations pour les territoires permettant de mieux répondre aux besoins des usagers et mesurer la mise en œuvre de leur politique cyclable. Cet outil incarne l’expertise d’usage des associations vélo comme souligne Olivier Schneider : « Nous constatons les difficultés, les mesurons avec le Baromètre des villes cyclables et proposons ensuite des solutions concrètes. »

Vélo & Territoires, une structure de référence et d’expertise auprès des collectivités

Coordinateur du réseau national cyclable, Vélo & Territoires propose une structure de référence et d’expertise auprès des collectivités. À l’image de la pratique du vélo en France, Vélo & Territoires a énormément grandi en 2020/2021. « Pour accompagner cette croissance, nous avons rénové notre feuille de route et renforcé notre raison d’être », explique Chrystelle Beurrier. « Nous fédérons et animons le réseau autour du cap de la France à vélo 2030 ; outillons, inspirons et accompagnons nos adhérents ; les représentons, défendons leurs intérêts et, pour convaincre, portons une attention particulière à objectiver l’impact des politiques cyclables. » Objectif ultime ? Développer l’usage du vélo dans tous les territoires.

Les six grands axes au cœur du cap stratégique de Vélo & Territoires :

  • Achever les schémas vélo au profit de l’équilibre des territoires – les 25 587 km du Schéma national des véloroutes sont actuellement réalisés à 74 %
  • Développer 100 000 km de maillage cyclable structurant supplémentaires – pour doubler l’offre actuellement recensée
  • Faire du vélo un outil de mobilité à part entière en diffusant la culture vélo dans tous les territoires – auprès des élus, des techniciens, du monde de la mobilité et du tourisme, des citoyens
  • Atteindre 12 % de part modale – ainsi que le fixe la stratégie nationale bas carbone. La France était à 3 % en 2019.
  • Quadrupler les financements vélo – investir au moins 30 € par an et par habitant partout en France, dans la durée. Augmenter le Fonds vélo à 500 M€/an et inscrire le financement du vélo dans le volet mobilité des CPER
  • Porter la France au premier rang des destinations mondiales du tourisme à vélo – une thématique importante pour la filière vélo et l’emploi et au service d’un tourisme plus durable

Dorothée Appercel

Pour aller plus loin :

Association