Vélo & Territoires

Inscription à la newsletter

Accueil Actualités Rencontre Accueil Vélo en Gironde : déployer le label en zone très touristique

Rencontre Accueil Vélo en Gironde : déployer le label en zone très touristique

Le 10 avril 2015 à Arcachon, quelques 30 partenaires Accueil Vélo et prétendants au label se sont réunis à l’invitation de l’Agence départementale de tourisme (ADT) de Gironde pour une demi-journée technique sur le vélo. L’occasion de donner la parole à des prestataires, notamment de la zone très touristique du bassin d’Arcachon. Le déploiement d’Accueil Vélo par chaque territoire sous une bannière et une marque nationale est forcément le fruit d’un travail d’adaptation aux contextes locaux : les touristes à vélo du Bassin d’Arcachon ne sont pas les mêmes que ceux de La Loire à Vélo. Le fait qu’Accueil Vélo atteigne bientôt 1800 labellisés est le signe que la combinaison fonctionne.

Accueil Vélo en Gironde

Accueil Vélo fédère 75 prestataires en Gironde parmi les 1800 qu’enregistre la marque au niveau national. Déployée tout d’abord sur La Vélodyssée/EuroVelo 1 (depuis près de 3 ans), l’ADT Gironde a poursuivi son travail sur le Canal des 2 Mers à Vélo. Le département bénéficiant d’un maillage d’itinéraires conséquents, Accueil Vélo a du sens. « Le retour des prestataires Accueil Vélo il y a deux ans et demi était mitigé, indique Elisabeth Vuillet, responsable de la qualification Accueil Vélo à l’ADT Gironde. Maintenant il n’y a plus à les persuader de l’intérêt de la démarche : les clients sont visibles pour eux ».

Accueil Vélo ou pas Accueil vélo

S’ils sont nombreux à se faire labelliser, certains hésitent encore : « étant sur le bassin d’Arcachon, il n’est pas dit que nous soyons en mesure d’assurer un dépannage ou une hotline lorsque nous avons 20 personnes dans le magasin en pleine saison ». Témoigne un loueur à l’année. « Je m’interroge sur l’impact des retours négatifs dans le cas où nous ne serions ponctuellement pas en mesure de remplir un des critères ». Un confrère l’encourage, pragmatique : « L’itinérance à vélo, c’est vraiment les ailes de saison. À ces moments-là, on n’a pas de problème à répondre à la demande. Sur le long terme, si tous les professionnels se rallient derrière un label, cela fera le tri entre les pros et les moins pros ». Un propriétaire de camping labellisé depuis 1 an ajoute : « Le problème pour nous, c’est l’itinérance. En haute saison sur le Bassin d’Arcachon, on nous demande de renvoyer les clients sur d’autres campings lorsque l’on affiche complet. Cela n’est pas si facile. Plus on sera nombreux pour cette labellisation, plus il sera facile d’accueillir ».

Les services vélo et le reste

« Les itinérants, nous sommes contents qu’ils viennent, mais encore plus qu’ils restent. Pour les faire rester, nous avons beaucoup d’attentes vis-à-vis des pouvoirs publics pour mettre à disposition une offre conséquente de boucles et d’itinéraires locaux », poursuit le propriétaire de camping. Voilà pour les attentes des professionnels mais pour les touristes, la signalisation est primordiale : « Ce qui manque de manière incroyable, c’est la signalisation, témoigne un participant. Sans GPS, les touristes sont complètement perdus ! Les panneaux disparaissent deux mois après avoir été posés. Il y a plusieurs gestionnaires alors chacun se renvoie la balle sur la responsabilité de la signalisation. Résultat, cela n’avance pas ». Aménagements et signalisation sont pourtant bien présents sur Arcachon et en Gironde mais la logique locale prend rarement la signalisation directionnelle hors-agglomération en considération. Et après l’investissement premier, l’entretien et la gestion sont de véritables enjeux pour les territoires.

 

 

Camille Thomé

Politiques cyclables