Vélo & Territoires

Inscription à la newsletter

Accueil Actualités Quelle complémentarité train + vélo pour le développement touristique ?

Quelle complémentarité train + vélo pour le développement touristique ?

Jean-Marie Tétart, Vice-président des DRC et Député, a interpellé le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, sur la politique du Gouvernement en termes d’intermodalité train + vélo. Dans sa réponse à ce courrier, le ministre assure que « la complémentarité du train et du vélo dans le développement touristique trouvera toute la considération qu’elle mérite » au cours des prochains mois.

Lorsque l’on observe l’évolution de l’intermodalité train + vélo en France, le constat est sévère : il est de plus en plus difficile d’effectuer des trajets en TGV avec son vélo en France, de disposer d’une information claire à ce sujet, et de transporter des vélos sur des lignes intercités sans restriction. Cela s’explique en partie par la volonté de la SNCF de généraliser les TGV Duplex qui ne prévoient pas d’aménagements pour les vélos. La concurrence entre transports de personnes et de vélos explique pour sa part la limitation de l’accès des vélos aux trains intercités ou TGV en heure de pointe.

Mais la contradiction entre affichage politique et réalité du terrain n’en est pas moins là. Car ces faits ne vont pas dans le sens de « l’objectif affiché [du Gouvernement ndlr] de faire de la France la première destination mondiale pour le tourisme à vélo » selon Jean-Marie Tétart. D’où la question de Jean-Marie Tétart adressée à Frédéric Cuvillier dans son courrier : « quelles sont les intentions du Gouvernement sur ce dossier, et que souhaite-t-il mettre en œuvre pour développer la complémentarité du train et du vélo dans le développement touristique ? ».

La réponse du ministre en date du 12 septembre 2013 fait mention de 3 éléments de nature à renforcer cette complémentarité. Tout d’abord, « le programme de rénovation des rames TGV Duplex, à l’horizon 2016, prévoit d’intégrer des espaces pour deux vélos. (…) En cela, l’ambition de la SNCF de développer l’intermodalité « train+vélo » converge avec celle du Gouvernement ». Ensuite, le Gouvernement a lancé un appel à projets « transports collectifs et mobilité durable » en mai et le Parlement a adopté une loi* qui intègre « une disposition encourageant à la création d’aires de stationnement sécurisé pour les vélos dans les nouvelles gares et les réaménagements de gares existantes du réseau ferré » également en mai. Enfin, le ministre rappelle l’installation en juin 2013 du groupe de travail interministériel consacré à la promotion des mobilités actives, chargé de remettre ses premières propositions dans le courant de l’automne. Le ministre précise dans son courrier : « je souhaite qu’un plan d’actions soit défini d’ici la fin de l’année » et il ajoute «parmi les mesures à étudier, celles qui favoriseront l’intermodalité entre les transports collectifs et les modes actifs me paraissent tout à fait essentielles ».

Bien qu’encourageantes, les mesures proposées ou mises en place par le Gouvernement ne semblent pas peser lourd par rapport aux politiques d’autres pays européens tels que l’Autriche, l’Allemagne ou la Suisse. Ces 3 pays sont d’ailleurs très attractifs auprès des touristes à vélo en raison de la qualité de leur offre cyclable. Rappelons qu’en France, on estime à 40% la part de cyclistes itinérants accédant en train à leur destination.

 

*loi n°2013-431 du 28 mai 2013.

Crédit photo : ECF sur Flickr.

Politiques cyclables